• Accueil
  • Accessibilité
  • Plan
  • Ajouter aux favoris
  • Imprimer
  • Signaler une erreur
  • - police
  • + police

Site

Site

Divers


- les Archives -
- le Service des Eaux -

ARCHIVES

Les archives municipales
Sous-sol de l'Ecole Katia & Maurice KRAFFT
place de l'Eglise – 68360 SOULTZ
archives-soultz@wanadoo.fr
Adresse postale
Archives municipales
B.P. 21 – 68360 SOULTZ
Responsable Catherine GALLIATH

Les horaires sur rendez-vous uniquement: 03 89 76 26 35

Introduction
Suite aux travaux de rénovation de la mairie, les archives municipales ont été définitivement transférées, au mois de mars 2002, dans une partie du sous-sol spécialement rénové de l’école élémentaire Katia et Maurice Krafft. L'extension du dépôt et de la salle de lecture destinée à accueillir les chercheurs, est achevée depuis 2004. Il est possible de consulter des documents sur rendez-vous.

Historique
Il est à supposer que, de bonne heure déjà, on a pris soin de conserver les titres et les documents où étaient consignés les privilèges et les libertés de notre ville de Soultz.
Mais aucune trace, aucune indication ne s’est conservée dans nos archives ni sur l’époque ni sur le caractère de cette organisation.
A la veille de la Grande Révolution seulement on commença à s’occuper sérieusement des archives municipales. Nous lisons, en effet, dans le registre des procès-verbaux, des séances de la municipalité du 23 avril 1788 : « Le syndic a proposé qu’un des principaux devoirs de cette assemblée était de veiller à la conservation des droits, biens revenus de la communauté, que pour pouvoir s’acquitter de ce devoir en connaissance de cause, qu’il était indispensablement nécessaire que l’assemblée soit nantie des titres comptes, documents et papiers de la Ville, lesquels, faute d’existence d’archives, se trouvent dispersés entre les mains du greffier et d’autres particuliers »…
… Nous voyons par là qu’en 1788, Soultz ne possédait pas encore de dépôt d’archives et que les documents étaient dispersés chez le greffier et chez des particuliers, que c’est alors seulement que la décision fut prise de construire des archives et que Vincent Richart fut nommé archiviste municipal…. …Le 6 février 1794, il fut dressé un inventaire en présence des membres de la municipalité et du Sieur Bouat (greffier)…
…Le même travail plus ou moins complet fut refait à différentes époques, en 1806, par le notaire Schmauck de Guebwiller, suivant ordre du Préfet, en 1832, par M. Wendling, maire de Soultz, en présence et avec assistance d’Augustin Schelbaum et Joseph Beltz, adjoints et Joseph Ricard, ancien conseiller municipal, en 1851, par le secrétaire de la mairie ; à cette même occasion, on dressa également un inventaire des archives de l’hospice de Soultz.
Malgré tous ces travaux le désordre et la négligence se firent bientôt de nouveau sentir. Cela se conçoit facilement, quand on pense que les archives étaient complètement délaissées et que chacun pouvait y prendre et faire tout ce que bon lui semblait.
Après la guerre de 1870, la question du reclassement des archives antérieures à 1790 fut remise à l’ordre du jour.
Par lettre du 31 janvier 1878, l’archiviste départemental Pfannenschmid proposa, pour ce travail, un certain Dr Knodt, professeur au Réalgymnasium de Guebwiller. Le conseil municipal ne donna pas suite à cette proposition.
Par contre, il paraît avoir chargé ou autorisé Auguste Gasser, enfant de Soultz, de classer et d’inventorier les archives…
Il faut noter, en outre, que le classement des archives entrepris par Gasser ne servit encore à rien, parce que les différentes liasses furent bientôt de nouveau mises en désordre et inutilisables. On comprend donc facilement que la reprise du travail fut jugé nécessaire, surtout après la guerre, lorsque les archives furent renvoyées de Colmar, où elles avaient été conservées de 1914 à 1918.
M. le maire Fritsch et les membres du conseil municipal me prièrent de refaire le classement et l’inventaire selon les principes établis par l’administration.
J’y consentis et proposai d’aménager, avant tout, un local approprié* pour la conservation des archives et un bureau de travail.
Il fut fait droit à ma demande, de sorte qu’à présent les archives sont enfermées et ne peuvent être consultées que sur demande. Moïse Ginsburger (archiviste) 1935
*Le local dont il est question est certainement celui situé rue des Vosges au rez de chaussée de l’ancienne perception qui autrefois abritait la mairie.
En 1989/90 ce local vétuste est abandonné et les archives sont transférées au-dessus de l’entrée de la Halle aux blés, dans un bâtiment neuf (1988) où elles resteront une douzaine d’années.

Les fonds et les inventaires
Le classement et l’inventaire des archives anciennes (antérieures à 1790) sont achevés.
L’inventaire dactylographié est consultable sur place.
Les parchemins (plus d’une centaine) et les sceaux (plus de 50) constituent de véritable œuvres d’art par la beauté de la calligraphie et la finesse des gravures, sans parler de la richesse des informations qu’ils délivrent.
Les documents anciens ne sont pas rares, puisque les XVe et XVIe siècles sont bien représentés dans le fonds municipal.
Total : 6,5 ml

En ce qui concerne la période 1790- 1935, il existe un inventaire sommaire réalisé par Moïse Ginsburger archiviste et rabbin de Soultz. Les séries P (culte catholique, protestants, israélite), R (instruction publique, sciences, lettres et arts), J (police, hygiène publique, justice) et M (Edifices communaux, monuments et établissements publics) ont été reprises par Catherine GALLIATH.
Total : 102ml

De nos jours il existe un cadre de classement mis en place par l’ancien secrétaire de Mairie qui est toujours en usage, celui ci est particulier mais semble donner satisfaction à ses utilisateurs.
Total : 160 ml

La généalogie
En plein essor depuis quelques années, cette activité se développe de plus en plus, et nombreuses sont les personnes qui souhaitent en savoir plus sur leurs ancêtres.
Les demandes écrites sont très fréquentes et une régie de recettes a été créée à cet effet. 

Tarifs
Recherche, photocopie A4 et frais d’expédition par acte : 3,80 €
Recherche, photocopie A3 et frais d’expédition par acte : 3,95 €

Les registres paroissiaux les plus anciens datent de 1582, cependant la guerre de Trente ans (1618-1648) est à l’origine de quelques lacunes.
Pour ce qui est de la période 1942-1944 les actes d’état civil sont conservés à Guebwiller.
Au total (registres paroissiaux et état civil) 217 registres et 16 tables décennales sont conservés aux archives. Des copies d’actes de plus de 75 ans peuvent être obtenues (voir conditions ci dessus).

La restauration et la numérisation
La totalité des registres de délibération du conseil municipal depuis le début du XIXème siècle a été restaurée (16 registres)
Le plan du cimetière de Soultz de 1922 a été nettoyé, restauré et encadré.
La campagne de sauvegarde des registres paroissiaux et d'état civil est en cours, à ce jour 45 registres sont préservés.

SERVICE DES EAUX